Interview : aCatCalledFRITZ (Paris, France)

 

 

aCatCalledFRITZ, producteur parisien à l'origine des très remarqués 'Tribulations And Life Of A Cat Called Fritz' et 'Beats per Minute', s'est confié à Magical Mystery Mix le temps d'une interview. A l'occasion de la diffusion sur les ondes de 'JazzHop' son mix inédit pour l'émission, FRITZ nous raconte le Cat, revient sur ses débuts avec le Hip-hop, sa rencontre avec Audessey, et nous dévoile son ressenti quant à la scène beatmaking actuelle.

 

 

"aCatCalledFRITZ", en quelques mots... Pourquoi ce choix ? Depuis quand utilises-tu ce nom d'artiste ?

 

aCatCalledFRITZ est une sorte de synthèse de ce que je suis et de ce que je fais. Ce nom fait référence à "Fritz the cat" (BD underground des années 60 de Robert Crumb) & "a Tribe Called Quest" Ma première sortie vinyle sous ce nom date de 2008 avec le 45t "Slow Down".

 

 

Pourquoi cette BD en particulier ?

Parce que je suis moi même un chat lol et que j'aime beaucoup l'univers de Crumb. Mais j'aurais pu faire référence à d'autres dessinateurs comme Moebius, Otomo, Bill Watterson… pour ne citer qu'eux.

 

 

J'ai cru comprendre que tu as des talents de graphiste. C'est toi qui a réalisé les illustrations pour tes pochettes d'albums ?

 

Oui, j'aime beaucoup dessiner, depuis toujours et j'ai fait une école d'art graphique milieu des années 90. Ce qui me permet d'être assez autonome sur mes projets. Ça m'est arrivé de réaliser des artworks pour d'autres artistes comme Lemdi & Moax, Electric Conversation, La Tribu du Chef Guida, Kokayi, BeatPete...
 

Comment as tu rencontré Audessey, et comment est née l'idée de travailler ensemble sur un album commun ?

 

Je suivais Audessey depuis Mass Influence. En 2010 mon track "This is the Jazz" apparaissait sur la compilation de Taura T Love "Picki People Vol.1" incluant des artistes comme Chali 2na, M.anifest, Soundsci (Audessey), Myka Nyne, Katra-Quey, Dusty (Jazz Lib)....

 

C'était l'occasion et Taura nous a connecté. Audessey et moi avons échangé et je l'ai sollicité pour le track "Contact" de mon album "Tribulations & Life of" (sorti finalement qu'en 2015). Suite à ça, on a vite compris que l'alchimie fonctionnait, et nous avons rapidement essayé d'autres tracks et c'est vite devenu l'album Beats Per Minute.

 

 

Votre album est sorti chez Slice-of-Spice records, chez qui on retrouve notamment des disques de Lord FInesse, Marco Polo, K-Def, Jeru the Damaja.. Pourquoi avoir choisi un label américain, et celui-ci en particulier ?

 

C'est arrivé comme ça, on n’a pas trop eu a chercher. Oxygen (Soundsci) venait de sortir 'Gone Diggin' chez Slice of Spice et Audessey était en contact avec Richard Smith le boss du label. L'album était pour ainsi dire terminé quand il lui a fait écouté et il a été partant pour réaliser les sorties vinyles. Nous sommes encore honorés et fiers d'avoir pu réaliser Beats Per Minute sur ce label.

 

 

Vous avez en projet de sortir un nouvel album ?

 

Oui il est en plein chantier.

 


Affaire à suivre donc... Est-ce que tu peux nous raconter comment tu en es venu à produire, ce qui t'a amené au Hip-hop et plus particulièrement à collecter des samples de Jazz ?

Le Hip-hop s'est en quelque sorte imposé à moi. Cette musique rythme ma vie depuis 1997. Elle m'a permis et me permet encore de m'élever et de me révéler artistiquement et socialement. Je crois au partage et à la transmission de savoir. Certaines personnes s’orientent vers une religion, moi c'est le Hip-hop. Cette musique fait le lien entre les générations et les styles musicaux depuis presque 40 ans, l'héritage d'un savoir ; funk, rock, jazz, soul, electro, en réalité peu importe. Tout dépend de la sensibilité de chacun. La musique est en quelque sorte la BO de notre vie. J'ai toujours aimé la musique avant même de comprendre le sens de la culture Hip-hop. J'ai commencé par le graffiti mais les platines ont vite pris le dessus, j'ai fait mes armes sous le nom de mon alter ego Dj Lyrik depuis 1999. C'est en 2002-2003 que je m'essaie à la production avec mon vieux mac sous le system OS 9.1 et mon S950. En 2004, j'acquiers la MPC 2000XL et la SP12, mais ma matière première pour créer reste encore à ce jour, mes wax. C'est vrai que mes prods ont des couleurs qui viennent beaucoup du jazz mais je ne saurais l'expliquer, je crée sans vraiment réfléchir, à l'instinct.



En parlant de production, le beatmaking s'est énormément démocratisé ces dernières années. Le nombre de 'finger drummers' mettant leurs Beat Tapes sur le web ne cesse d'augmenter, pour le meilleur et parfois aussi le pire du Hip-hop instrumental. Le style évolue, tout comme le profil de ses auditeurs. Quelle est ta vision sur ce phénomène et comment l'expliques-tu ? Aussi, selon toi quel est l'avenir de cette discipline ?

Très difficile à dire. À différentes périodes, il y a eu des phénomènes de démocratisation, dû à des évolutions technologiques et des effets de mode, et ce dans toutes les disciplines du hip hop. Ce qui est normal en fait. Je me souviens fin des années 90, lorsque que j'ai commencé à pratiquer les platines, on était en plein effet de mode sur les DJ, et je pense que pour les plus anciens, je faisais partie de cette masse de personnes. Mais la question c'est : Pourquoi fais-tu les choses dans la vie en général ? Je suis pour que tout le monde puisse s'exercer à une activité artistique. Mais avoir une éthique n'appartient qu'à soi-même. Il y aura toujours des passionnés et des opportunistes. Il y a énormément de bons beatmakers dans le monde. Mais je me sens plus producteur que beatmaker.

 


Pour toi qui vis à Paris, quelle est la place de cette musique dans ta ville et plus largement en France, en comparaison à un pays comme l'Allemagne par exemple où un certain nombre de labels se sont spécialisés avec succès dans ce domaine ?

C'est vrai que le nord-est de l'Europe est un gros fan de Hip Hop instrumental, et les allemands sont particulièrement bons. À vrai dire, je vis dans un microcosme, à l'est de Paris, dans mon 77. Je ne me sens pas trop concerné par le monde des beatmakers. Je ne sais pas bien quel est sa place en France, en revanche je voudrais bien connaître celle du hip hop…

 


Peux-tu nous citer 5 des albums qui ont le plus marqué ta vie ?

A Tribe Called Quest - Midnight Marauders
Ruby - Salt Peter
Miles Davis - Doo Bop
The Pharcyde - Bizarre Ride II The Pharcyde
Massive Attack - Blue Lines

mais eux aussi on marqué ma vie :

Michael Jackson - Off The Wall
InI - Center of Attention
Depeche Mode - Ultra
Wu Tang Clan - 36th Chambers
Quasimoto - The Unseen

 


Une petite question culinaire pour finir. Si tu devais cuisiner un plat ou un repas comme tu conçois ta musique, qu'est ce que tu cuisinerais ?

 

Les plats que je cuisinerais, seraient, légumes et saucisse sauté à la citronnelle, ou une soupe aux raviolis de crevettes.

 


Interview by Magical Mystery Mix

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload